productivité chez les entrepreneurs

Top 5 : Pour une productivité efficace et réfléchie

Tous les entrepreneurs et les entrepreneures connaissent ces moments-là. Vous vous posez devant votre ordinateur, déterminée à enchainer une bonne journée de travail. Et là, c’est la catastrophe. Impossible de vous concentrer. Votre esprit divague entre votre boite e-mail et vos notifications Instagram. Vous savez ? Ce moment où vous mettez plus de temps à rédiger votre To-Do liste qu’à la rayer. Résultat ? Midi sonne et vous avez l’impression de n’avoir rien fait.

Rester productif n’est pas chose facile quand on est entrepreneure. On peut vite se faire déconcentrer par bon nombre de distractions. Seulement voilà, contrairement à un ou une salarié(e), les entrepreneurs ne dépendent de personne. Rester productif est donc une question de survit pour son entreprise. Facile à dire mais pas toujours facile à faire ! Loin des dictâtes de la productivité à tout va, et s’il existait des solutions pour augmenter votre productivité de façon efficace et réfléchie sans vous oublier ? Les entrepreneures du Grand Est vous livre leur Top 5.

1/ chacun son rythme…chacun sa productivité

Dois-je pousser la barre des 80h pour réussir ? La réponse est “pas forcément” selon Lisa Dupuis, Coach en Gestion du temps. Rappelons que l’on est productif 4h, en moyenne, dans une journée. Un timing qui peut varier légèrement selon votre profil. Cependant, notez que vous ne serez jamais efficace à 100% pendant 8h ou 10h d’affilé. Mieux vaut donc en faire moins mais, faire mieux.

Inutile également de calquer votre emploi du temps sur celui que vous aviez en tant que salariée. De 9h à 17h30.

Ce qui compte c’est d’apprendre à comprendre son propre rythme. Il faut savoir à quelle moment de la journée on est efficace et à quelque moment on est loin de l’être” .

Lisa Dupuis, Coach en Gestion du temps

En d’autres termes, privilégiez des plages horaires sur lesquelles vous êtes pleinement disponibles pour travailler. Il faudra, pour cela, accepter que votre lundi ne ressemble pas à votre mardi. Aménager votre emploi du temps en fonction de votre propre rythme. Cela vous fera gagner en efficacité et vous libérera du temps pour vous.

2/ Des pauses tu feras !

“Il faut absolument que je finisse ce projet”, “Ce client ne peut pas attendre”… Vous trouverez toujours une raison pour rallonger vos journées de travail. Ce que vous y gagnerez vraiment ? Du stress, de la fatigue, voire un burn-out. Si un excédent de travail peut s’absorber momentanément, sachez que ce n’est pas viable sur la durée. N’oublions pas que la création d’entreprise est un marathon, non pas un 100 m. S’avoir s’accorder des pauses est indispensable.

Selon les études d’ailleurs, le temps d’attention diminue au bout de 1h30. C’est le moment idéal ! Coupez tout contact avec vos outils de travail. Allez vous hydrater, lire, vous étirer ou même marcher un peu. 10 ou 15 minutes suffiront à améliorer visiblement votre concentration le moment venu de vous remettre au travail. Pour celles qui préfèrent couper entre chaque tâche, vous pouvez privilégier la méthode Pomodoro. Dans l’idéal, accordez-vous 2 à 3 pauses dans la journée en plus d’une coupure plus longue pour le déjeuner. A tête reposée, productivité décuplée !

3/ Rien ne sert de se surcharger, il suffit de les mener à bien

3 ou 4, c’est le maximum de tâches obligatoires que vous devez noter à l’ordre du jour. Pour Lisa Dupuis, Coach en Gestion du temps, l’ennemie du mieux, c’est le trop. “Ça ne sert à rien de prévoir 10 trucs à faire dans la journée. Vous risquez seulement d’être frustrée de ne pas avoir été au bout de ce que vous vous étiez notée”. Rayer toutes les tâches à effectuer dans votre journée, vous provoquera un sentiment de satisfaction. Votre cerveau sécrètera alors de la dopamine, un neurotransmetteur clé du cerveau qui joue sur la motivation, la productivité et la concentration.

4/ Point de distraction, une clé de la productivité ?

8 secondes, c’est notre capacité moyenne d’attention selon une étude publiée par Microsoft. Une notification qui apparait, le téléphone qui sonne ou une idée parasite… Et c’est le drame. Supprimer toutes distractions, notamment les notifications en provenance des réseaux sociaux, est la première étape. Pour autant, dès lors que votre téléphone est aussi votre outil de travail, difficile d’éliminer toutes les distractions.

Vous pouvez également choisir de positionner vos applications de loisir dans le fin fond de votre téléphone. Vous diminuerez ainsi, les tentations. Enfin, vous pouvez choisir d’enlever votre téléphone de votre champ de vision. Votre cerveau l’oubliera momentanément, ce qui améliorera votre concentration. La répétition de ces petits gestes vous permettra alors de travailler sur votre concentration. Si toutefois vous aviez la faiblesse de céder à la distraction, ne vous culpabilisez pas. Prenez simplement une pause de 5 minutes en vous promettant de faire attention la prochaine fois.

5/ À cadre agréable, productivité démultipliée

En travaillant à la maison, on peut vite être tentée par l’ambiance pyjama party et ordi sur les genoux. Si vous voulez rester productive, c’est la première erreur à éviter. L’idéal reste encore d’aménager une pièce dédiée pour votre travail. Pour celles qui ont un espace limité, une simple table avec une chaise confortable peut tout à fait faire l’affaire, à condition de respecter quelques fondamentaux. Laissez de la place à votre créativité. Un bureau ranger, c’est la clé d’un esprit libre.

Privilégiez également un espace lumineux et aéré, luminothérapie garantie. Placez ensuite quelques plantes dans la pièces, elles augmenteront votre bien-être. Le choix des couleurs a également son importance. Le vert par exemple, est une couleur relaxante qui favorise la concentration. Le rouge, facilitera la productivité, quand le orange sera source de communication. Le bleu, quand à lui, active l’hémisphère droit du cerveau, source de créativité.

Recevez nos nouveaux articles directement dans votre boîte de réception.

About the author

Journaliste Reporter d’Images pendant plus de 6 ans, j’avais envie de me tourner vers la presse écrite. Je traite principalement des sujets qui touchent à l’environnement et à l’entreprenariat féminin.