Agence de communication Crapules

Justine Husser et Zoé Youcef : «Nous sommes les Crapules de la communication ! »

Justine Husser et Zoe Youcef sont deux communicantes aux valeurs fortes et engagées. Elles ont fondé l’agence Crapules, à Strasbourg, afin de rendre accessible la communication aux entreprises innovantes de la région. Entre culot et sens de la créativité, nos deux crapules ont plus d’un tour dans leur sac. Témoignage.

1- Justine, Zoé, peut-on dire que la naissance de Crapules est le fruit d’une rencontre fortuite ?

Zoé : Oui, tout a fait (sourire) ! On s’est rencontrées il y a plusieurs années maintenant, lorsque l’on était étudiantes dans notre école de communication à Strasbourg, en Master. A l’époque, nous venions de deux parcours différents, dans des villes différentes. 

Notre relation amicale s’est d’abord faite grâce aux co-voiturages, pendant lesquels nous échangions sur nos expériences de vie, nos études… C’est là que l’on s’est rendues compte que nous étions complémentaires professionnellement.

Même à l’école, nous réussissions à trouver nos forces dans des domaines de compétences différents. En fait, il y a toujours eu cette notion d’équilibre entre nous. Ce qui se retrouve aussi, dans notre façon de mener l’entreprise et les projets de nos clients. La complémentarité, c’est vraiment ce qui nous définit (sourire). C’est comme ça que nous avons créé l’agence Crapules.

2- Qu’est-ce qui vous a rapproché ? Quel a été le lien fédérateur ?

Justine : Je pense vraiment que le ciment de notre binôme, c’est nos expériences personnelles. Le fait que nous ayons eu des parcours et un vécu différents, mais que nous nous rejoignons par la complémentarité de nos compétences, nous permet d’avoir une vision de la vie similaire. Et des projets clients aussi (sourire) !

Ce qui nous motive tous les jours, c’est de réaliser des projets. Et pour ça, nous sommes vraiment sur la même longueur d’ondes. Nos ambitions sont similaires, ça nous pousse à nous élever ensemble. Nous nous soutenons beaucoup !

3- Est-ce que vous diriez que ce qui vous anime, ce sont les valeurs que vous véhiculez ?

Z : Oui, clairement (rires) ! C’est vrai que même si nous avons des personnalités distinctes et deux caractères forts nous sortons des codes et des cases imposés par la société actuelle. Ce n’est pas forcement compris par tout le monde (sourire) ! Mais en attendant, cela nous permet de faire ce que nous avons envie de faire et d’atteindre les objectifs fixés. Donc oui, nous nous rejoignons beaucoup sur nos valeurs. 

Et ces valeurs, nous les véhiculons aussi dans notre entreprise. Nous avons une politique RSE, inspirée des modes de fonctionnement des pays nordiques et américains.

J : Tout a fait ! Nous jouons beaucoup sur la transparence avec nos clients. Nous visons le management moderne et bienveillant, et nous avons à coeur de mettre l’humain au centre de nos préoccupations. C’est ce qui nous fait vibrer.

Et l’humain se retrouve aussi dans les prestations de Crapules, puisque votre mission est de rendre la communication accessible aux TPE/PME ?

J : Aussi (sourire) ! Chez Crapules, nous aimons prendre le temps d’échanger avec nos clients. Ils ont d’ailleurs des projets plus innovants les uns que les autres. C’est là tout le sens de l’agence ! Contrairement à certains, nous ne faisons pas payer notre nom mais nos compétences de façon à donner à tous l’accès à notre savoir-faire.

Nous souhaitons pouvoir accompagner les entreprises qui souhaitent, elles aussi, vivre de leur projet, en priorisant le côté humain et innovant. Pour nous, l’aspect financier ne devrait pas être le premier facteur qui régi le choix des prestataires avec lesquels les entreprises peuvent travailler, mais bien les valeurs qu’ils véhiculent.

Z : Oui, nous voulons rendre accessible la communication a des entreprises qui n’ont pas forcement les moyens de se payer une grosse agence de communication (sourire).  C’est clairement notre vocation ! Ce que nous aimons faire, s’est travailler avec des sociétés ou des micros en création qui nous touchent et rejoignent nos valeurs. Nous trouvons notre compte dans l’accompagnement et la propulsion de ces projets innovants qui, en plus, ont vocation à faire changer le quotidien de nos clients.

4- Est-ce que c’est pour cela que vous avez appelé votre entreprise « Crapules » ?

Z : Exactement ! (rires). Nous avons voulu jouer sur les codes du mot en lui-même. Jouer sur les codes des crapules malhonnêtes, tout en y étant en totalement opposé. Nous affichons d’ailleurs, des bases de tarifs sur notre site, ce qui est assez novateur pour une agence. Peu le font. Notre objectif est toujours de montrer que la communication peut être abordable, sans lésiner sur la qualité des prestations.

En français, beaucoup emploient le terme « crapule » en détournant la définition première. Aujourd’hui, il sert aussi à qualifier quelqu’un qui souhaiterait atteindre ses objectifs coûte que coûte. Ça rappelle le côté enfantin, insouciant, créatif et déterminé, agrémenté d’une pointe de mignonnerie, on pourrait dire (rires)

J : Avec Crapules, nous mettons en avant une communication Créative, Rusée, Audacieuse, Passionnée, Unique, Libre, Engagée et Sincère. D’où notre nom C.R.A.P.U.L.E.S !

Ces valeurs sont en total adéquation avec notre positionnement et nos propositions de valeurs : uniques et sur-mesure. Nous aimons être libres et déjouer les codes actuels. Nous sommes aussi engagées et sincères dans nos relations, ce qui casse clairement avec l’image que peut renvoyer le mot « crapule ».

Justement, comment définissez-vous votre « engagement » ?

J : Par l’investissement temps et humain que nous dégageons pour nos clients. Notre objectif n’est pas seulement d’accompagner un projet de façon ponctuelle mais vraiment de s’engager pour les entreprises avec lesquelles nous collaborons sur long-terme. Nous voulons créer des relations pérennes avec elles. Nous voulons les aider et les accompagner dans leur développement et leur évolution. D’où la proposition de prestations à des tarifs abordables. Quand vous êtes en lancement d’activité, il est très difficile de prévoir son budget de communication et de réaliser un bon lancement.

Z : Je rajouterai aussi que lorsque nous faisons une proposition à nos clients, elle n’est pas figée dans le marbre. On se permet de faire des propositions supplémentaires pour parfaire la communication de nos clients. C’est comme ça que l’on façonne nos relations avec eux. On ne veut pas restreindre notre créativité, au contraire, on la met au service de nos clients.  

5- Si vous aviez un conseil à donner à de jeunes femmes étudiantes, qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat, qu’est-ce que vous leur diriez ?

Z : De foncer ! : Si leur projet tient la route, qu’elles ont fait une bonne étude de marché, je leur dirait de de foncer. D’autant plus, si elles croient fortement à leur projet. Il ne faut pas s’arrêter aux premiers obstacles de la création d’entreprise. Il faut passer au-dessus pour jouir de cette nouvelle expérience. Alors je ne vais pas leurs mentir, il y aura beaucoup de stress, d’angoisses, d’insomnies, de doutes, mais lorsque l’on s’entoure des bonnes personnes, que l’on sait où puiser notre soutient et se concentrer sur ses intuitions, ensuite, ce n’est que du bonheur. Et c’est comme ça, à mon sens, que l’on sait si l’on est fait pour l’entrepreneuriat.

J : De partager avec des pairs : en plus de la passion, il faut aussi bien s’organiser, savoir faire le trie des choses importantes et pertinentes pour le projet. Il ne faut pas hésiter non plus, à se faire épauler par des personnes qui ont déjà vécu ces étapes. Pour moi, je trouve qu’il n’y a rien de plus parlant que de partager avec des personnes qui ont cette expérience. Il ne faut pas non plus avoir peur des erreurs que l’on peut commettre. Ça fait partie de la formation. La persévérance paie toujours !

Recevez nos nouveaux articles directement dans votre boîte de réception.

About the author

Je suis la fondatrice et la Dirigeante d'Entre'Elles webzine. Après plusieurs années en presse écrite régionale, presse web et Communication, je me suis lancée dans l'aventure entrepreneuriale avec pour but de remédier à l'invisibilité des femmes dans les médias.

Laisser un commentaire