aide dans le Grand Est

Allô ? Entrepreneur cherche aide dans le Grand Est

Quand on cherche à monter son entreprise, on ne sait pas toujours où s’adresser et quelle aide demander. Associations, réseaux, aides régionales, le Grand Est regorge de coups de pouce pour les créateurs et créatrices qui souhaitent se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Mais comment s’y retrouver au milieu du flot de possibilités ?

Ça y est, c’est le grand jour ! Vous avez décidé de vous lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat. En tapant deux ou trois mots-clés dans la barre de votre navigateur, vous vous êtes retrouvée submergée par des sites en tous genres. Et disons-le ! : c’est difficile de ne pas s’y perdre.

Pour vous y retrouver, nous avons mené l’enquête. Tout d’abord, sachez qu’il existe des aides nationales mais aussi, locales. À chaque région, sa spécificité. Certaines mettront l’accent sur l’accompagnement, d’autres sur les aides financières, quand quelques-unes proposeront des systèmes de parrainage. Pour ce qui est du Grand Est, les possibilités sont plutôt variées.

1…2 …3 …Réseaux

Pour se lancer dans la création de votre entreprise donc, sachez tout d’abord que vous n’êtes pas seule. Il existe de nombreux réseaux dits “d’accompagnement”. Le Grand Est en compte, au minimum, un par département.

Ces réseaux peuvent être publics, comme le réseau Entreprendre, ou bien privés. Attention tout de même, de ne pas confondre réseau d’accompagnement et réseau professionnel. Le premier vous aidera à lancer et à développer votre projet, quand le second vous servira davantage de carnet d’adresses. 

Plus que des réseaux, des outils

Au-delà des réseaux en eux-mêmes, des outils et des programmes ont été mis en place par ces structures. À l’instar d’Alexis – Grand Est qui met à disposition des entrepreneures un groupe d’experts comptable, des généralistes du marketing, de l’informatique et de la communication. Vous êtes une demandeuse d’emploi ou en situation spécifique ? Pas de panique, il est toujours possible de vous adresser à votre Pôle emploi ou à votre mission locale de quartier.

Enfin, sachez que vous pouvez également vous tourner vers des incubateurs. Ce sont des structures qui aident les jeunes entreprises en développement, en leur offrant des formations, des conseils et dans quelques cas de figure, des financements. La plus importante structure, à l’échelle régionale, s’appelle Be Est Entreprendre. Mais il en existe une douzaine dans tout le Grand Est : le Semia en Alsace ou encore Le Village By Ça à Reims.

Trouver le financement qui vous correspond

Le Grand Est regorge d’aides financières en tous genres. En dehors du prêt bancaire classique, vous pouvez choisir d’opter pour une avance ou un prêt garantie. Ces crédits ont généralement peu de contraintes. Pour en bénéficier, vous devez postuler à un appel à projets. C’est le cas, par exemple, des prêts d’honneur proposés par le réseau Initiative, des préts garanties du SiAgi ou encore des prêts de la Région Grand Est.

Si le crédit ne suffit pas, optez pour les subventions. Elles peuvent être diverses, allant de l’aide financière directe à l’aide au loyer, en passant par l’aide à l’achat de matériel. La ville d’Haguenau par exemple, propose une subvention pour aider les commerçants. Viennent ensuite, les allègements des charges sociales ou encore les interventions en fonds propre. Même si cette dernière est davantage dispensée pour des activités spécifiques.

En tout, plus d’une centaine d’aides sont référencées sur le site de la Chambre de Commerce et de l’Industrie, à la rubrique “les aides”. Vous pouvez ainsi choisir votre région, votre secteur d’activité et le type d’aides que vous recherchez. 

Des aides spécifiques pour les femmes ?

Depuis quelques années, la Région s’efforce de promouvoir l’entrepreneuriat féminin. Aides spécifiques, accompagnement dédié, les entrepreneures ont l’embarras du choix. “On est encore une minorité donc, on a certains avantages”, explique Christine Morin entrepreneure et membre du Réseau Entreprendre Lorraine.

Pour favoriser le développement de la création d’entreprises par les femmes, le Grand Est lançait en 2018 un vaste plan d’action, cosigné entre la Région, la BPI, BNP Paribas et la Caisse d’Epargne. 30 000 euros ont été alors débloqués chaque année, pour financer des projets aux thématiques diverses. Si les 3 premiers volets étaient restrictifs, la future édition – qui sera signée en novembre 2021 – devrait être davantage ouverte.

Des aides qui semblent donc porter leurs fruits, puisque la proportion de femmes créatrices d’entreprise dans la région a augmenté de 10% par rapport à 2017. Les appels à projets dédiés aux femmes, comme le PAREF, sont régulièrement déployés dans la grande région. Comme c’est le cas avec le programme “Elles osent” en Grand Est.

Le seul bémol ? Le peu de médiatisation de ces derniers, auprès du public concerné. “Il faut continuer à promouvoir l’entrepreneuriat pour que nos efforts portent leurs fruits”, explique Boris Ravignon, Président d’Ardenne Métropole et Vice Président de la Région Grand Est.

Être jeune entrepreneur, une aide ?

Les jeunes aussi, bénéficient d’un traitement de faveur. Privilégier leur entrepreneuriat serait perçu comme un vecteur d’emploi. Le but ? Diminuer le chômage que 20% des jeunes subissent encore, accentué par la Covid.

Un credo mis en avant par le gouvernement mais qui, sur le terrain, se heurte à la difficulté de créer son propre sillon. Accès au financement, valorisation de projets de jeunes… Les problématiques sont nombreuses pour ceux qui souhaitent tenter l’aventure. Alors pour endiguer ces problématiques, des aides et des accompagnements spécifiques ont été proposés aux jeunes entre 18-29 ans : prêts jusqu’à 5 000€ , chèques CREA, accompagnement spécifique ou encore du mentorat.

Vous l’aurez compris, les aides et les accompagnements sont nombreux dans le Grand Est. Alors n’attendez plus. Vous ne serez pas seule. 

About the author

Journaliste Reporter d’Images pendant plus de 6 ans, j’avais envie de me tourner vers la presse écrite. Je traite principalement des sujets qui touchent à l’environnement et à l’entreprenariat féminin.

Laisser un commentaire