Le réseau, un indipsensable de la cheffe d'entreprise
Photo© CC0

Grand Est : le réseau ou l’art de bien s’entourer

C’est une phrase entendue pendant les études et dans le monde professionnel : « Pensez à votre réseau! ». Et pour parler de réseau, le Grand Est a de quoi faire. Mais comment se constituer un réseau en démarrage d’activité ? Quels sont les intérêts et pourquoi est-ce important ?

Que ce soit pour une création d’entreprise ou dans la vie de tous les jours, savoir s’entourer est primordial. Faire partie d’un réseau est avant tout, un moyen de ne pas se retrouver seule. C’est ce que les spécialistes appellent alors, de la « Stratégie Réseau ».

Femmes cheffes d’entreprise, le réseau a d’autant plus d’impact

Et après une période comme la Covid, cette affirmation prend tout son sens. Un bon réseau pourra faire la différence entre le développement rapide ou lent d’une entreprise voire, la différence entre la continuité et la défaillance. C’est du moins, ce que le développement des réseaux sociaux professionnels présageait : un accès plus simple aux nébuleuses professionnelles. Mais ce n’est pas toujours suffisant. 

Ainsi pour accélérer le développement d’un projet, il est donc important de bien s’entourer. Ne serait-ce que pour améliorer son offre et agrandir son carnet d’adresses. Une affirmation valable aussi bien du côté de partenariats, que du recrutement des futurs collaborateurs.

En effet, un bon réseau peut ouvrir des portes. Et pour la plupart des adhérents, c’est avant tout un moyen de faire des affaires. En France, plus de 10 000 réseaux professionnels sont aujourd’hui recensés, dont 60 dédiés exclusivement aux cheffes d’entreprises. « On a créé le réseau Est’Elles, parce qu’on s’est rendu compte qu’en tant que femmes, nous étions plus facilement livrées à nous-même. », explique Michèle Kunegel, Représentante de Est’Elles exécutive dans le Grand Est.

3 raisons de cultiver son réseau

1 – Gagner des contacts

Entrer dans un ou plusieurs réseaux permet tout d’abord, de se faire connaître et d’agrandir son carnet d’adresses. Et quand on part de rien, on a souvent tout à faire !

Ces nébuleuses peuvent alors, prendre différentes formes. Elles se divisent en 4 catégories :

  • les clubs et réseaux dits Géographiques. Ceux-ci regroupent des entreprises proches géographiquement, les unes des autres. Idéal, pour travailler en local ;
  • les clubs dits thématiques. Ceux-là sont tournés autour d’une passion commune, d’un sport ou d’une caractéristique. C’est, par exemple, le cas des réseaux de femmes cheffes d’entreprises comme le Collectif des Fees. Ou bien, autour des filières et des métiers ;
  • les Club business. Ces derniers sont des organismes à part entière qui favorisent le développement du business entre leurs adhérents. Pour ce qui est des connexions, le Grand Est n’est pas en reste. La Meurthe-et-Moselle en recense, à elle seule, plus de 160. Soit environ 6 000 entreprises connectées : dans des réseaux locaux gérés par les Chambres de Commerce et de l’Industrie ou, les BPI; dans des réseaux nationaux déclinés à l’échelle territoriale ; ou dans des clubs privés, comme le Club Metz Technopôle ou en le WTC franco-allemand.

2 – Faire du Business

Le réseau, au-delà de briser la solitude des entrepreneures, permet aussi de développer son business. Les membres d’un réseau peuvent également, devenir des clients. Attention toutefois aux prestations proposées. Si celles-ci ne sont pas au niveau de l’attente des clients, l’utilité du bouche-à-oreille d’un réseau pourrait desservir. C’est d’autant plus vrai, si le réseau intégré est de petite taille.

En plus de trouver des clients, le réseau permet de trouver des fournisseurs. À noter qu’aujourd’hui, le recours aux réseaux de proximité se développe de plus en plus. Notamment, grâce à la mise en place de l’économie circulaire. 

Dans tous les cas, être fiable et participer à faire vivre le réseau augmente les chances de créer des liens avec les autres adhérents. Et comme tout ce qui attrait aux affaires, la confiance sera la clé du bon déroulement d’une politique de réseau.

3 – Valoriser et promouvoir son entreprise

Se lancer dans le monde de l’entrepreneuriat signifie souvent, avoir un projet établi. Pourtant, rien n’empêche de prendre des conseils auprès d’entrepreneurs ou de chefs(fes) d’entreprise plus expérimentés. Au contraire !

Aborder des sujets comme la finance, l’économie ou encore la gestion quotidienne d’une entreprise est un plus. Un chef ou une cheffe d’entreprise d’un secteur commun pourra éclairer sur les enjeux liés à son domaine, tout en apportant une expérience différente. Cela permet aussi, de se rendre compte des problématiques potentielles et de les anticiper.

Au-delà de la rencontre avec des chefs(fes) d’entreprises, les réseaux fourmillent d’experts comme des avocats, des DHR ou encore des comptables. Un gain de temps précieux. 

Maintenant que les enjeux d’un réseau sont clairs, ne reste plus qu’à choisir. Pour cela, la définition des besoins reste la clé. Pour se faire aider, il est toujours possible de se rapprocher de la CCI ou de la BPI, et de choisir le ou les réseaux les plus adéquats à son business.

About the author

Journaliste Reporter d’Images pendant plus de 6 ans, j’avais envie de me tourner vers la presse écrite. Je traite principalement des sujets qui touchent à l’environnement et à l’entreprenariat féminin.

Laisser un commentaire