Bilan du tourisme dans la region Grand Est

Crise économique : l’heure du bilan pour le secteur du Tourisme, dans le Grand Est

Sous l’impulsion du mouvement collectif #StrongTogether, l’ensemble des secteurs économiques du Tourisme a fait preuve de résilience. Ceci, en définissant une approche différente du tourisme, répondant aux nouveaux enjeux sanitaires et sociétaux.

Le secteur du tourisme, fortement touché par la crise de la Covid-19, apporte en moyenne 10 milliards d’euros de recette à l’échelle de la région Grand Est. C’est donc un secteur levier et stratégique. Pour réussir à garder la tête hors de l’eau et faire face à la crise, une stratégie « Smart Tourisme », en cohérence avec les objectifs du plan de relance français et les tendances locales et régionales a été mise en place.

Un bilan touristique, pas si catastrophique !

Finalement le bilan du tourisme en France, et plus particulièrement celui de la région Grand Est, n’est pas si catastrophique. Les indicateurs même, sont plutôt favorables, contrairement aux attentes et prognostiques établis à la sortie du confinement, en juin dernier. Par quoi cela s’explique-t-il ? Grâce à l’adaptabilité des professionnels du secteur. Ces derniers ont fait preuve de résilience et ont rebondi. Avec la crise de la Covid-19, le tourisme de groupe a été remplacé cet été, par le tourisme individuel ou de famille (selon l’étude de l’Observatoire régional du tourisme du Grand Est et l’ART GE) :

  • 70 % des touristes étaient des clients français ou limitrophes de la région Grand Est ;
  • contre 30 % de touristes étrangers tels que, des Belges ou bien des Hollandais.

Les sites touristiques en lien avec la nature ont particulièrement bien vécu la période estivale, avec une hausse de fréquentation de 30%.

À situation exceptionnelle, communication exceptionnelle

À quoi est du cette ferveur pour le tourisme hexagonal ? Avec la Covid-19, beaucoup de Français ont préféré privilégier le tourisme de proximité, voire d’ultraproximité. Mais la hausse des fréquentations des lieux touristiques français est aussi due à un vaste plan de campagne de communication, depuis le printemps, dans la région. D’ailleurs ce plan est reconduit jusqu’au 4e trimestre de cette année, afin d’accompagner l’arrière-saison et donc les fêtes de fin d’année :

  • plan « Magie » pour l’Alsace et la Lorraine ;
  • le plan « Fêtes de fin d’année » en Champagne ;
  • la « nature » et l’ « Outdoor » pour les Ardennes et les Vosges.

Des pactes de destination spécifiques ont aussi été déployés sur chaque territoire, pour promouvoir l’arrière-saison.

L’effet #StrongTogether

Mais ces plans de campagne ne seraient rien, sans l’impulsion du mouvement #StrongTogether. Un dispositif, mis en place par la région Grand Est, l’ART GE et leurs partenaires, le 15 mars dernier, pour contrer la crise sanitaire et relancer l’économie de la filière touristique.

Son objectif ? Absorber la complexité liée au nombre, la fragmentation des informations et les aides disponibles, en offrant aux chefs d’entreprises un point d’entrée pour les accueillir, les conseiller, les orienter. Ce dispositif s’est divisé en 4 appuis :

  • le financement : par la présentation des aides locales, régionales et nationales ;
  • la transformation : en informant sur les protocoles sanitaires et les formations de transformation numérique et durable, mises en place pour les entreprises ;
  • la communication : avec des plans de promotion et de communication, pour renforcer l’attractivité du Grand Est ;
  • le tourisme d’affaires : avec des plans d’action, d’accompagnement à la reprise des activités. Notamment pour le domaine de l’événementiel.

Quel future pour le tourisme ?

Le tourisme de masse ayant disparu au profit du tourisme individuel, les acteurs économiques du secteur touristique ont dû faire preuve de résilience et de créativité. Ils ont dû repenser leurs offres marketing, leurs offres locales et de mobilité, dédiées aux touristes sur le territoire. Mais cela n’est pas tout. Maintenant que le tourisme est devenu hexagonal, ces acteurs doivent maintenant gérer la concurrence. Une concurrence qui se joue entre les différentes destinations de France, puisque les voyages vers l’étranger seront de plus en plus complexes et les tarifs, plus chers. Les territoires devront alors investir plus dans des projets innovants, afin de se démarquer et de renforcer leur attractivité.

Enfin le numérique, qui a reconfiguré le secteur avec toujours plus de personnalisation, d’automatisation et de virtualisation des offres et des services touristiques, devra faire encore plus. L’objectif à 5 ans ? Refaire de la région Grand Est, le top 3 des destinations françaises les plus attractives. Notamment grâce à l’application de la stratégie « Smart Tourisme » qui promeut un tourisme responsable, durable mais aussi, digital.

L’objectif de cette fin d’année sera donc, de garder les indicateurs touristiques dans le positif. Pour l’heure, l’arrière-saison s’annonce stable. Pour autant pour les années à venir, années pendant lesquels le tourisme sera plus individuel et familial, les territoires français devront renforcer leur attractivité. C’est pourquoi, la région mise beaucoup sur le « Smart Tourisme », un tourisme vert mais aussi, digital.

Laisser un commentaire